Carrelage antidérapant : le meilleur choix pour sa salle de bain

Eau et carrelage ne font pas parfois bon ménage. C’est une rencontre susceptible de nous faire glisser. Mais si le carrelage était le meilleur choix pour la salle de bain, il convient cependant de bien choisir le type adéquat. Dans la famille de ce type des revêtements : on note les faïences, les pierres, les ardoises, les céramiques, les antidérapants. Ces derniers limitent la glissade et sont ainsi exclusifs aux usages comme les abords des piscines et les salles de bains.

Propriétés antidérapantes : les normes de fabrications de carrelages !

Une salle de bain s’expose fréquemment à des chocs mécaniques et chimiques non négligeables. Parmi eux, on note l’humidité permanente, la chaleur, les détergents, les savons. La résistance est ainsi de mise pour le carrelage des salles de bains, mais pas que.  La propriété antidérapante est un impératif.  N’hésitez pas à demander conseil au npconcept.be, le spécialiste du métier.

Il est ainsi établi : les normes allemandes DIN 51097 et DIN 51130 et la norme européenne CEN/TS 16165. Ce sont des exigences dans la technique et matériau de fabrication afin d’accorder aux carrelages cette propriété antidérapante.  Il s’adresse autant aux particuliers désireux d’offrir une salle de bain plus sécurisée et aux professionnels des produits qui suivent les normes.

Propriétés antidérapantes : la classification A, B et C ?

Les glissades dans la salle de bain figurent parmi les accidents domestiques les plus courants. Et causent parfois des gros dommages qui sont d’autant plus nombreux chez les personnes âgées. Les normes ont été justement établies et testées afin d’offrir la meilleure adhérence aux carrelages.  De plus les propriétés antidérapantes varient d’un utilisateur de salle de bain à un autre.

Si la première norme s’adresse notamment aux carrelages à usage industriel, la seconde notamment le DIN 51130 est propre de l’usage domestique. Par ailleurs, lors du test, les valeurs ont été obtenues par la simulation de la glissade sur un angle bien donné. Le résultat étant que chaque angle définit l’adhérence du carrelage.

Aussi, pieds nus et carrelage mouillé sont simulés. Si le carrelage fait glisser à 12° d’inclinaison, l’adhérence est estimée moyenne et classée A. Entre 18 et 24° on parle d’une adhérence élevée ou B et finalement pour plus de 24°, le carrelage a une forte adhérence ou C.

Propriétés antidérapants : la classification R9 vers R13 ?

Cette expérience a été aussi reproduite dans des angles plus variés.  Cette fois, sur le carrelage on y a versé de l’huile et le sujet portait des chaussures de sécurité. Voici les résultats et les classifications :

  • Entre 3 à 10° : R9 ou adhérence normale ;
  • 10 et 19° : R10 ou adhérence moyenne ;
  • 19°et 27° : R11 ou adhérence élevée ;
  • 27 à 35° : R12 ou forte adhérence ;
  • Au-delà de 35° : R13 ou très forte résistance.

Pour le carrelage de salle de bain, le choix d’un carrelage antidérapant peut se résumer à la classification A et R10. Au propriétaire par la suite d’accroitre le niveau d’adhérence en fonction de la fragilité de l’utilisateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *